INTERVIEW AUDREY VANDROMME

INTERVIEW AUDREY VANDROMME

Spopets c’est un nouveau concept de jeux. L’identité de la marque se veut proche des valeurs du sport collectif. Spopets est allé à la rencontre d’experts en la matière et donne la parole à une professionnelle dans les problématiques liées au monde enfantin. Audrey Vandromme, Psychomotricienne à Bordeaux, connaît bien les enjeux du développement personnel et psychomoteur des enfants. Elle nous donne son avis sur la relation bénéfique que peut développer un enfant avec une poupée.

 

Bonjour Audrey, pourquoi à votre avis une poupée tient un rôle primordial pour l’enfant dans son développement personnel ?

Audrey Vandromme : On dit souvent qu’un enfant qui joue est un enfant qui va bien. La place du jeu est primordiale dans le développement de l’enfant et les poupées sont un support très intéressant voire indispensable, peu importe que l’enfant soit une fille ou un garçon. Ce support va permettre à l’enfant de se raconter des histoires, de rejouer des scènes du quotidien afin de les accepter, mieux les comprendre et donc se construire en tant que personne.

De plus, le retour aux jeux traditionnels, avec peu d’électronique, me semble pertinent dans le développement de l’enfant. Il lui permet de manipuler, monter, démonter ses jeux afin de développer son raisonnement, son intelligence et sa créativité.

 

Existe-t-il un lien étroit entre la manipulation, le jeu avec une poupée et le développement moteur d’un enfant ?

A.V : En manipulant la poupée et les accessoires qui vont avec, l’enfant développe sa motricité fine, que l’on appelle aussi motricité manuelle. La manipulation des accessoires de jeu va l’obliger à devenir un peu plus précis dans ses mouvements, l’inciter à prendre son temps et à se concentrer.

Il va développer également une certaine connaissance du corps, de son corps en particulier et de son anatomie. En habillant, en équipant, en déshabillant, en manipulant, l’enfant va nourrir une vraie construction de son schéma corporel.

Tout cela est bien entendu très bénéfique pour l’enfant qui va se développer sans vraiment s’en rendre compte.

 

Avez-vous l’occasion d’utiliser personnellement des poupées dans votre cabinet ? Si oui, pour quel usage ?

A.V : Les poupées peuvent en effet être un support très intéressant dans l’accompagnement en psychomotricité. La psychomotricité a pour idée de travailler autour du corps, de permettre à l’enfant de mieux connaitre son corps, mieux le comprendre et en définitive de se l’approprier.

Ainsi, l’utilisation de la poupée est tout à fait adaptée. L’enfant peut s’identifier à la poupée, apprendre les parties du corps mais également s’occuper de la poupée, prendre soin de son corps. Un autre aspect important à mes yeux est qu’il pourra aussi décharger certaines pulsions et mettre en jeu ses émotions. Pour des enfants qui ont tendance à être fermés, ce sera l’occasion pour eux de s’ouvrir un peu et de laisser parler leur corps, leur affect.

 

Concrètement, à partir de quel âge pouvez-vous vous appuyer sur la relation d’un enfant avec une poupée ? Pourquoi ?

A.V : Selon l’âge de l’enfant, la poupée n’aura pas la même place, ni les mêmes finalités. Chez le très jeune enfant, vers 2-3ans, il reproduira instinctivement des gestes du quotidien, il va « faire comme ». Il reproduira des gestes de ses parents, du grand frère… ». L’enfant joue à être le parent et prend soin de la poupée comme un parent. Comme dans un film, il joue un rôle et se l’approprie très bien.

Plus les enfants grandissent, plus ses jeux se diversifient. A partir de 5-6 ans, ils commencent jouer à plusieurs, à interagir entre eux, ils se rencontrent mais aussi se confrontent. L’enfant développe alors son imaginaire en inventant des histoires et cela nourrit, soutient le développement de son intelligence, de ses capacités de raisonnement. On n’est plus dans la reproduction fidèle de la réalité, mais l’imaginaire va créer des situations qui peuvent ne pas exister dans la vraie vie.

Par ailleurs, tout cela permet à l’enfant de se poser, de canaliser ses émotions, d’améliorer sa concentration sans entraîner d’agitation ou de troubles associés.

 

Spopets développe des poupées dites sportives avec lesquelles l’enfant peut se plonger dans un univers qui lui est proche, propice au développement de son imaginaire. Quel est le réel avantage par rapport aux jeux de poupées traditionnelles ?

A.V : En jouant avec une poupée sportive de ce type, l’enfant qui est sportif, va plus facilement s’identifier à la poupée et à ce qu’elle représente. La vision qu’il a de la poupée sera proche de sa réalité. Le phénomène d’identification sera alors accentué et propice à ce qu’il invente des histoires le mettant en scène, en situation.

L’autre avantage, et là je m’écarte volontairement de mon domaine pour aller un peu plus sur l’aspect éducatif, c’est que les sportifs et le sport en général portent des valeurs universelles comme le respect, la solidarité, le dépassement de soi, l’esprit d’équipe…Toutes ces valeurs sont inculquées par les éducateurs aux enfants qui pratiquent un sport dans les clubs et ce dès le plus jeune âge. Le fait qu’ils puissent de retour chez eux, retrouver des jeux qui vont être le prolongement du discours de leurs entraîneurs ou éducateurs sera bénéfique dans la construction mentale de l’enfant. Un corps bien fait et une tête bien faite ! On ne peut qu’adhérer à cette vision des choses.

 

 Comment vous conseilleriez les parents qui doutent encore de l’utilité et des bienfaits des poupées, ou qui ont encore des préjugés en tête, qui se disent que la poupée n’est réservée qu’aux filles ?

A.V : Je leur dirais simplement que dans mon cabinet je les utilise régulièrement. Autant avec les garçons qu’avec les filles. Les enfants ne fonctionnent pas comme les adultes et bien heureusement ! Ils n’ont pas de préjugés, pas de vision tronquée de la société comme les adultes. Il faut donner aux enfants la possibilité de jouer, de s’inventer leurs propres histoires. Il faut qu’ils aient leurs moments de détente et de jeu en mode « solitaire ». On a trop souvent tendance, dans notre société actuelle, à vouloir être avec nos enfants, jouer avec eux, les occuper… Ils ont vraiment besoin de jeux où ils apprennent l’autonomie et où ils ont la sensation qu’ils décident, qu’ils sont en quelque sorte maîtres de leur destin. Les poupées sont un excellent moyen d’y parvenir.

SITE WEB AUDREY VANDROMME (Psychomotricienne)  www.audrey-vandromme.com

De | 2018-01-18T21:48:13+00:00 6 janvier 2017|
X