LA POUPEE A-T-ELLE TOUJOURS LA CÔTE ?

LA POUPEE A-T-ELLE TOUJOURS LA CÔTE ?

Les poupées sont depuis la nuit des temps les jouets préférés des enfants, en particulier des jeunes filles. Ce sont des incontournables ! Mais ne sommes-nous pas à l’aube d’une nouvelle ère sur ce secteur qui répondrait un peu plus à de nouvelles attentes de la part des enfants ? Trop souvent réservées aux filles, la poupée change ses codes et s’adresse de plus en plus à une population mixte. D’ailleurs le nombre d’adeptes chez les garçons tend à augmenter.

La poupée TOUJOURS AU TOP ?

Depuis son apparition il y a un demi-siècle environ, toutes les générations d’enfants ont tenu dans leurs mains une poupée. Elles représentent, dans la majeure partie des cas, un être humain, et le plus souvent un bébé ou encore un nourrisson. Avec plusieurs fonctions : Tout d’abord nos grands-parents ont connu la poupée décorative. Pas faite pour jouer, sa fonction première était l’élément de décoration. Les finitions de celles-ci étaient très détaillées et le visage pouvait être constitué de cire ou de porcelaine. Donc extrêmement fragiles !

Dans les années 1950, une célèbre marque Américaine participa à elle seule à l’essor et la démocratisation de la poupée en la rendant « jouable », « customisable » et enfin destinée à l’amusement. Il ne s’agissait plus de poupée de collection, mais bel et bien de poupées mannequin avec lesquelles il était possible de jouer et de s’identifier.

SE CONSTRUIRE UN IMAGINAIRE

La poupée et sa représentation évoluent évidemment en même temps que grandit l’enfant. En effet, dès le plus jeune âge, l’enfant reproduit instinctivement avec sa poupée des événements de la vie quotidienne. C’est plutôt aux environs de 5-6 ans qu’il laissera aller sa créativité et s’inventera des histoires où sa poupée tient un rôle central. L’enfant s’invente au fur et à mesure des histoires plus longues, plus complexes, avec des jeux de rôles (ex. : « Moi, je suis la maman et toi, le papa »). Tout a un sens à ses yeux et les éléments sont bien évidemment liés entre eux. Dans son jeu avec la poupée, l’enfant est aussi amené à reproduire des interdits. Ceux de ses parents, ceux qu’il entend et qui lui font peur : « Tu iras réfléchir sur la chaise si tu tapes ton ami.» ou encore : « Maman n’est pas contente, tu n’as pas été sage. » Une excellente manière pour l’enfant de les braver…

La poupée représente un véritable partenaire de jeu toujours disponible et docile. C’est aussi un ou une confidente des plus discrèt(e)s qui écoutera toujours les petits secrets de l’enfant. La présence d’une poupée rassurera l’enfant à l’heure du coucher. Jouer à la poupée est un élément de socialisation important à cet âge, car les enfants adorent jouer ensemble avec leurs poupées respectives. La présence d’autres enfants enrichit leur jeu et permet de développer des habiletés sociales, comme décider du scénario, partager des accessoires ou tenir compte de l’opinion de l’autre. A l’heure du tout numérique, la poupée a donc toujours la côte auprès des enfants mais aussi des parents : C’est un moyen d’écarter leurs enfants de la télévision ou des jeux vidéos.

Quelle poupée choisir ?

 Il n’y a pas, à vrai dire, de poupée idéale. Mais elle se doit d’être avant tout solide (la sécurité de nos enfants est toujours le point central). Les poupées avec des mécanismes ou des composantes électroniques ne sont pas réellement recommandées. Si la poupée est trop complexe, il y a de fortes chances que votre enfant cherche à la détourner de sa fonction apparente pour mieux se la réapproprier. Il est préférable que l’initiative du jeu vienne de votre enfant, et non du jouet.

Les figurines, telles que les « Transformers », les super héros ou les dragons, plaisent beaucoup aux garçons de 3 ans et plus. Leur utilisation est différente de celle des poupées. Les figurines sont engagées dans l’action. Câlinées, habillées et promenées, les poupées sont beaucoup plus passives.

Les figurines agissent plus qu’elles ne parlent. Elles ont besoin d’espace pour jouer les rôles que leur donne l’enfant. Jouer avec des figurines stimule l’imagination de l’enfant, car il invente de nombreuses aventures pour elles.

Mon fils joue à la poupée… Et alors ?

Un petit garçon qui joue à la poupée serait-t-il nécessairement moins viril, comme le pensent certains parents ? La question est posée et les tabous pas encore totalement levés. Pour se faire une idée, il suffit d’effctuer une recherche sur google images : « enfant jouant avec une poupée ». Vous tomberez alors sur une multitude d’images représentant de jeunes filles en train de s’amuser et de jouer avec des poupées. Le rapport est complètement déséquilibré et reflète parfaitement l’état de notre société actuelle : sur les 100 premières images référencées, 74 d’entre-elles sont des filles, 10 sont des garçons et 16 représentent des images sans rapport avec le sujet recherché.
Comme pour les filles, les garçons aiment dès le plus jeune âge habiller, laver ou nourrir une poupée. Les professionnels du développement de l’enfant préconisent également dans ce sens : Il faut permettre à l’enfant de vivre différentes situations de jeu, sans pression ni attente d’un éventuel comportement en rapport avec son sexe. Mais, chez le garçon le jeu de la poupée apporte-t-il les mêmes bénéfices en termes de développement ? Oui, tous les enfants, filles et garçons, ont besoin de se mettre à la place des grands (papa, maman, grands-parents…), d’avoir le pouvoir, de rejouer des événements du quotidien.

Dans toutes les crèches, filles et garçons jouent avec des poupons, c’est l’image de la poupée dans notre société contemporaine qui l’estampille comme un jeu de fille. Il convient de laisser le garçon jouer et de rassurer les parents s’ils s’interrogent. A une époque où l’on demande aux papas de remplir des tâches quotidiennes de ménage, de repassage….pourquoi serait-il choquant qu’un petit bonhomme change la couche de son poupon ? La démocratisation de la poupée passe aussi par le fait d’enjamber une bonne fois pour toute cette barrière d’ordre « psychologique ».

 

De | 2018-01-18T21:48:13+00:00 6 janvier 2017|
X